Copyright 2007-2015
Built with Indexhibit

Dallas, 22 novembre 1963

2010 - 13 lectures synchronisées diffusées sur 8 haut-parleurs
26 secondes - Dimensions variables
Ordinateur portable, carte son, câbles, haut-parleurs

Extraits
Jacqueline Kennedy.mp3
Agent Clint Hill.mp3

Pour Dallas, Camille Llobet a déconstruit les 26 secondes du célèbre film d’Abraham Zapruder enregistrant l’assassinat de John F. Kennedy. Le film est fragmenté en 13 zones pour autant de personnages aperçus dans le champ de Zapruder, qu’ils soient présents dans la limousine ou sur le bord de la route. En s’appuyant sur la masse considérable de documents relatifs à l’événement, chacun des mouvements qu’ils effectuent juste après les coups de feu est décrit succinctement. Ces descriptions sont ensuite retransmises par huit haut-parleurs reliés à un ordinateur. Comme pour Graffiti, il revient au spectateur de bouger le curseur sur l’écran pour entendre ces micro-récits, spatialisés et synchrones. Empêchant toute vision globale, on navigue à l’aveugle dans une image qu’il nous faut reconstituer mentalement, fragment par fragment, à mesure que nous parvient l’information. La pièce propose ainsi un nombre infini de combinaisons, de récits potentiels pour cet événement mille fois disséqué, réduit et recomposé par les spécialistes et les amateurs. Dans son déploiement dans l’espace, la pièce semble rejouer une scène de crime, avec ses réseaux d’indices et ses rapprochements, faisant écho à ces enquêtes obsessionnelles qui confinent à la paranoïa. [Paul Bernard]

Vue de l'exposition Après coup, Galeries Nomades de l’Institut d’art contemporain,
Villeurbanne/Rhône-Alpes, L’Attrape couleurs, Lyon, 2010. Photographie : Thomas Morel