Copyright 2007-2015
Built with Indexhibit

Née en 1982 à Bonneville (74)
Vit et travaille entre Sallanches (74) et Paris.
_

Les œuvres de Camille Llobet éclairent les écarts entre le langage et son objet, les intentions et les réflexes, et la manière dont le corps exprime une part non verbale de la communication. Des mises en scène volontaires des difficultés physiques et mentales à canaliser les affects, qui en retour créent des idiolectes chorégraphiques et musicaux, langages de substitut qui élargissent le champ de l’expression.

Guillaume Désanges, Catalogue du 61ème salon de Montrouge, 2016.
_

Dans le travail de Camille Llobet il s’agit souvent en premier lieu de la rencontre d’un autre et d’un questionnement à performer puis de la construction d’un dispositif de tournage précis prenant le parti pris de l’expérience filmée comme forme vidéo.
Deux interprètes essayent de transcrire avec leur bouche les douze premières minutes de la bande son du film Il était une fois dans l’ouest de Sergio Leone (Prosodie, 2013). Une caméra tente de suivre les mouvements involontaires des bouches de trois danseuses en train de s’échauffer (Chorée, 2014). Une jeune femme sourde entreprend de décrire en langue des signes ce qu’elle voit mais n’entend pas : la répétition d’un orchestre (Voir ce qui est dit, 2016). Des sportifs de haut niveau procèdent à la répétition mentale de leur parcours lors d’un entrainement singulier dans le piler d’un pont (Faire la musique, 2017). Ses projets donnent parfois lieu à des transcriptions ou des dessins qui accompagnent de manière autonome ses recherches.

Diplômée de l’école supérieure d’art de l’agglomération d’Annecy en 2007, Camille Llobet a exposé son travail dans le cadre de la biennale d’art contemporain de Lyon en 2011, au Centre d’art contemporain du Parc Saint Léger en 2013 ou encore lors de la manifestation « Vision – Recherche en art et en design » au Palais de Tokyo en 2016. Toujours en 2016, ses œuvres ont été présentées au 61ème Salon de Montrouge et au Printemps de Septembre à Toulouse. En octobre 2017, elle réalise une nouvelle exposition personnelle réunissant de nouveaux dessins et vidéos à la Galerie de l’Etrave à Thonon-les-Bains. En 2018, elle participe à l’exposition « Celebrating the Body » à la MacKenzie Gallery à Régina au Canada.
Camille Llobet est la lauréate 2017 de la première édition du Prix Jeune Création Movimenta initié par l’ECLAT (Exposition Habiter les territoires, commissariat Mathilde Roman et Claire Migraine, Halle du 109, Nice) et donnant lieu à l’acquisition d’une œuvre par le Frac PACA, Marseille (FR).
Ses œuvres font déjà partie des collections publiques du FRAC Limousin (FR) et du FMAC Vénissieux (FR) et ont rejoint récemment celles du FRAC Grand Large - Haut de France, Dunkerque (FR) et de l’IAC- Institut d’art contemporain, Villeurbanne / Rhône-Alpes (FR).